..
..............................................
 
 
        
 
 
..
 
 

" De la montagne à l'océan, les traces d'un lointain passé "  
(Par Bruno Rousselle, géologue de formation, Polcy / Ranchal)

Ce qui est bien connu des habitants de Ranchal et qui retient l'attention du visiteur, c'est bien entendu cette pierre rouge qui compose nombre de maisons et autres constructions anciennes du village et des hameaux qui l'entourent (photo 1). Si cette roche n'est pas la seule à former le sous-sol du territoire de la commune, elle en est cependant le principal constituant, de l'ordre de 70 à 80 % de sa surface. 

Quelle est cette pierre rouge et d'où vient-elle ? La roche rouge de Ranchal est une variété de granite, une roche issue de la cristallisation par refroidissement d'un magma en fusion dans l'intérieur de la croûte terrestre, il y plus de 310 millions d'années. A cette époque, au Carbonifère, près de la fin de l'ère primaire, la région ne ressemblait en rien à ce qui se dessine à présent sous nos yeux. 


Photo 1. L'ancienne école de Ranchal.
Comme beaucoup de constructions anciennes du village, les murs du bâtiment sont faits de granite rouge, roche primaire abondante dans le sous-sol local. La pierre dorée de la région de Charlieu, formée à l'ère secondaire, constitue l'encadrement des portes et fenêtres. Au-dessus des linteaux de pierre jaune, des arcs de décharge laissent apparaître la brique rouge issue de la cuisson des argiles tertiaires, très communes dans le Roannais.

La place que Ranchal occupe aujourd'hui se situait alors au coeur d'une immense chaîne de montagnes, la chaîne hercynienne, qui s'étendait de l'Amérique du Nord à la Scandinavie et qui était la conséquence de la collision entre deux énormes continents. Si cet édifice montagneux est maintenant totalement absent du paysage, il présentait en ces temps là des sommets dont les altitudes étaient probablement comparables à celles de la Cordillère des Andes ou de l'Himalaya. Il peut paraître difficile de l'imaginer, mais c'est pourtant la réalité, et si ces montagnes ont complètement disparu, c'est que des dizaines de millions d'années d'affaissement mais surtout d'érosion intensive en ont eu raison. Et ce qui nous reste ici en Beaujolais, c'est une petite partie des «racines» de ce vaste ensemble, des terrains qui se trouvaient autrefois «sous» la montagne avant que celle-ci ne soit démantelée.


Photo 2. Le microgranite rouge.
Cette roche résulte de la cristallisation d'un magma en fusion dans les profondeurs de l'écorce terrestre.

Généralement, outre ses beaux cristaux blanc rosé aux formes géométriques, le granite de Ranchal montre une fine pâte cristalline rouge à cristaux invisibles à l'oeil nu (on parle alors de microgranite, photo 2), ce qui traduit une mise en place du magma originel dans des roches froides, à une profondeur sans doute peu éloignée de la surface terrestre. Le microgranite s'altère en donnant une sorte de sable, l'arène granitique, largement utilisé par nos ancêtres pour stabiliser les cours de ferme, viabiliser les chemins ou pour fabriquer le liant argilo sableux (pisé) qui englobe les pierres des murs des constructions anciennes. Quelques zones d'extraction sont encore visibles aujourd'hui, notamment sur la route du col de Favardy ou en direction de Montpinay. Ce matériau sableux s'observe facilement au Forêt dans le talus du garage Tissier (photo 3). Sa faible cohérence et sa grande porosité confèrent aux sols une relative instabilité susceptible d'engendrer des glissements. 


Photo 3. Un sol à arène granitique
.
L'arène granitique est ici le produit de l'altération du granite rouge. Sa faible cohérence et sa grande porosité en font un sol instable. Hameau Le Forêt.

 

Si le granite est omniprésent à Ranchal et dans ses environs, il subsiste des terrains plus vieux encore, datant du début du Carbonifère, lorsque les montagnes hercyniennes commençaient à se former. Une roche grise, bien visible à côté du microgranite rouge au carrefour de la route de Thel (photo 4), témoigne d'une époque où la région était le siège d'une intense activité volcanique. 

Des volcans ont effectivement existé dans le Beaujolais, mais cet épisode de l'histoire géologique régionale remonte à plus de 330 millions d'années. Et les édifices volcaniques qui fumaient alors dans le ciel beaujolais ont aujourd'hui totalement disparu. La nature de la roche met en évidence un type de volcanisme extrêmement énergique, explosif, dévastateur, dont les manifestations étaient principalement constituées de nuées ardentes gigantesques, sorte de nuages denses et opaques de gaz, de cendres et de gouttelettes de lave brûlante qui dévalaient les pentes des volcans à plusieurs centaines de Km/h. Au nord-est de la commune, une roche sombre à petits cristaux blancs rend compte d'un volcanisme explosif plus modéré, émetteur de laves à effusion et écoulement plus «tranquilles».


Photo 4. Un affleurement de roches du Carbonifère.
Au carrefour de la route de Thel, ce talus montre le granite rouge au côté d'une roche volcanique grise. Cette dernière témoigne d'une époque où le Beaujolais développait une importante activité volcanique explosive.


A proximité du hameau de la Croix Rouge, un pointement rocheux surgissant dans un champ révèle la présence d'une roche gréseuse, peu fréquente dans la région de Ranchal, un peu plus ancienne encore que l'époque volcanique précédemment évoquée (340 millions d'années) (photo 5). Cette roche de type grès et quelques autres qui lui sont associées résultent d'un dépôt de sable et de limon fin dans une zone côtière, lorsque les reliefs hercyniens naissants bordaient un domaine océanique.

Toutes les roches du Carbonifère, granite excepté puisque mis en place tardivement, ont été ployées, plissées, fracturées (faillées) et parfois même transformées sous l'effet des forces colossales qui ont fait surgir les montagnes hercyniennes. C'est pour cette raison que les roches du sous-sol de Ranchal, hormis le granite, ne se répartissent pas de façon homogène mais selon des panneaux plus ou moins larges, découpés et isolés.


Photo 5. Une roche sédimentaire gréseuse.
Cette roche de type grès provient d'un dépôt de sable dans une zone marine côtière, lorsque la région Beaujolaise bordait un domaine océanique. Hameau la Croix Rouge.

100 millions d'années plus tard, à l'ère secondaire, après l'arasement de la chaîne hercynienne, la mer est revenue occuper la région. Malgré le dépôt d'importantes couches sédimentaires, rien ne subsiste sur la commune de Ranchal, l'érosion pluri millionnaire des monts du Beaujolais ayant lentement tout enlevé à cet endroit. Des témoins de cet âge marin existent cependant dans le secteur de Charlieu, dont la fameuse pierre dorée, un sable calcaire consolidé d'origine biologique, datant d'environ 175 millions d'années. Cette pierre jaune est aussi bien connu des habitants de Ranchal pour orner abondamment les tours de portes et fenêtres de beaucoup de bâtisses du village (photo 1), mais aussi pour constituer nombre de croix des environs.

Rien ou presque n'est également perceptible des temps tertiaires sur le territoire de la commune. Seules de vieilles tuiles et les briques rouges des linteaux de certaines demeures anciennes (photo 1) proviennent de la cuisson des argiles formées dans les lacs ou les golfes marins du Massif Central à l'ère tertiaire, il y a 20 ou 30 millions d'années. Enfin, si les marques n'apparaissent pas de façon évidente, il convient de signaler que le paysage Ranchalais a certainement été affecté et façonné par les phénomènes glaciaires et périglaciaires survenus successivement au cours des temps quaternaires.

Annexes 



Possibilité de randonnée géologique autour de Ranchal (3h env.), pour découvrir les richesses géologiques de la commune et voyager dans les temps passés. Les personnes intéressées peuvent contacter Bruno Rousselle, à Polcy / Ranchal, ou au musée de l'Espace Pierres Folles à St. Jean des Vignes (69), 04.78.43.69.20.

Dsc02381c.jpg (46740 octets)
Photographie aérienne
(Cliquez pour agrandir)
 Photo "F. Favre" prise d'un airbus A 320 à la verticale du sud de Cours la Ville.
On visualise bien l'environnement de collines boisées.
Regardez bien, au premier plan, Cours et Le Cergne puis en remontant  presque alignés : La Ville, Thel, Ranchal puis Poule (tout en haut) .

 

Pour visualiser la région en photo satellite, installez le logiciel gratuit "Google earth" sur votre ordinateur en cliquant sur le lien ci-dessous :

 
 
 

Retour page d'accueil